Recycler les déchets

Mahatma Gandhi a soutenu que chacun «devrait être un charognard de lui-même». Si c’était vraiment chacun de nous qui devait en prendre soin, nous minimiserions tous nos déchets.

En fait, les ordures ne disparaissent pas simplement parce que nous ne les voyons plus dans la poubelle sous la maison. Il existe des décharges et des incinérateurs qui compromettent la santé de l’air, de l’eau et du sol; il y a des matières premières prélevées sur notre planète qui ne reviendront jamais dans le cycle; les coûts d’élimination sont très élevés. Notre mode de vie jetable nous fait consommer plus de ressources que la planète ne peut restaurer en un an. Le 29 juillet 2019 était le jour du dépassement, ou la date à laquelle l’humanité a consommé toute sa production annuelle renouvelable, des forêts aux poissons. Cela signifie que, jusqu’à la fin de l’année, nous allons affecter le capital planétaire en puisant dans des ressources qui ne sont plus renouvelables et dont les générations futures seront privées. La dernière fois que la population humaine, alors 3,5 milliards contre 7,3 milliards actuels, a réussi à maintenir sa consommation dans les intérêts annuels produits par la nature, c’était en 1970. Peu de temps après, les générations futures n’auront plus vivre.

Cela peut vous intéresser : Des stages en pétanque aux côtés du champion Zvonko Radnic

Récemment, la surprenante nouvelle s’est répandue que sur la plage   au Royaume-Uni, une bouteille en plastique est à la merci des vagues depuis au moins 47 ans. La marque et le prix, égal à 4d, soit quatre centimes, montrent qu’il a été vendu avant que la Grande-Bretagne ne change la devise décimale, c’est-à-dire avant 1971. Seulement 300 000 tonnes de déchets sont remontées à la surface, soit 1% du total. Cela signifie que 99% des déchets s’accumulent sur le fond marin.

Recycler les déchets: quelle importance est-ce?
Le problème du plastique
Un pas en avant important pour la réduction des déchets plastiques est celui réalisé en juillet 2019 avec l’approbation de la directive européenne interdisant les produits plastiques à usage unique dans l’UE d’ici 2021: “cela réduira les dommages environnementaux de 22 milliards d’euros, le coût estimé de la pollution plastique en Europe jusqu’en 2030 », a déclaré le rapporteur belge Frédérique Ries . L’accord renforce également l’application du principe du « pollueur-payeur», introduisant une responsabilité pour les producteurs. Ce nouveau régime s’appliquera par exemple aux filtres à cigarettes dispersés dans l’environnement et aux engins de pêche dispersés en mer, pour s’assurer que les producteurs supportent les frais de collecte.
Le tournant de l’UE s’accompagne de l’interdiction chinoise qui interdit l’importation de 32 types de plastique différents depuis 2018. En fait, la Chine à elle seule a importé environ 42% des déchets plastiques de l’UE (et 70% dans le monde) et s’est engagée dans diverses activités de tri manuel des déchets. Ceci, cependant, avec deux problèmes: les travailleurs étaient sous-payés et tous les déchets et matériaux sans valeur restaient en Chine, augmentant finalement le volume des décharges locales.

Sujet a lire : Pourquoi référencer son site internet sur colonelreyel.fr ?

En effet, en Europe, seuls 30% des déchets plastiques, comme le bouchon bouteille,  issus de la collecte sélective sont recyclés faute de structures, de technologies et de ressources financières adéquates: une bouteille en plastique PET est facilement recyclable, mais un plateau à jambon est composé de plusieurs plastiques collés ensemble, qui, pour être recyclés, doivent d’abord être séparés. «Ce qu’il faut comprendre», déclare Arnaud Brunet, directeur du Bureau International du Recyclage, «c’est que nous ne nous débarrassons pas réellement de nos déchets, mais nous les vendons».
La chaîne de recyclage: où vont les déchets ?
La question est alors: qui achète les déchets italiens? Jusqu’en janvier 2018, près d’un déchet plastique sur 2 était exporté vers les usines chinoises, en tant que déchet de la collecte séparée du plastique. Le consortium national pour le recyclage des déchets de produits à base de polyéthylène, explique pourquoi: «En Italie, la quantité et non la qualité de la collecte sélective des déchets est récompensée. On peut aussi atteindre 90% de collecte séparée, mais en pratique c’est souvent du plastique de mauvaise qualité, à tel point que je peux avoir plus de 30% de matières plastiques hétérogènes à jeter de cette collection ». Auparavant, ces déchets “étaient envoyés en Chine dans des usines délabrées, souvent inexistantes, et encore plus souvent sans systèmes d’assainissement et de lavage”. Le résultat? Des conteneurs remplis de plastique expédié d’Italie en Chine, qui est ensuite retournée en Europe sous forme d’objets (jouets, conteneurs, même biberons) fabriqués avec du plastique contaminé.

Le rapport de Greenpeace “Les route mondiales et italiennes des déchets plastiques” indique qu’à l’heure actuelle, les déchets plastiques italiens sont exportés vers la Malaisie, la Turquie, le Viêtnam, la Thaïlande et le Yémen, pays sans système de récupération et de recyclage efficace.

Bien que le règlement du Parlement européen et du Conseil du 14 juin 2006 n ° 1013 établisse que les déchets quittant l’Europe ne peuvent être exportés que vers des pays où ils seront traités selon des normes équivalentes aux normes européennes en matière de respect de l’environnement et santé humaine, ces exigences font défaut dans ces pays qui remplacent en fait le rôle précédemment confié à la Chine.

Written by Nath