Héritage immobilier : louer ou revendre ?

Vous venez d’hériter de l’appartement Haussmannien de votre grande tante, mais vous êtes déjà propriétaire et l’idée de vivre en plein Paris ne vous enchante guère. Vous aimeriez le revendre, mais voilà : vous n’êtes pas seul(e) sur le testament, et il est hors de question pour les autres membres de la famille de s’en séparer. Quelles solutions s’offrent à vous ?

Mettre en location son héritage : la SCI

Lorsque l’on possède un ou plusieurs bien(s) immobilier(s), il est possible de créer une SCI, c’est-à-dire une Société Civile Immobilière. Cette société est mise en place pour faciliter la gestion d’un patrimoine commun et il en existe plusieurs types, dont la SCI familiale. La SCI permet de céder des parts de société à ses héritiers, plutôt que de diviser le patrimoine. Elle peut être créée avant ou après le décès du parent. Les désaccords entre les héritiers quant à l’avenir d’un bien immobilier sont fréquents. Il peut donc être judicieux, dans un premier temps, de proposer le bien à la location. Ainsi, chaque membre concerné pourra prendre du recul sur la situation, tout en jouissant d’un complément de revenus mensuel.

La location possède des avantages comme des inconvénients. Après s’être chargé de tous les papiers, il vous faudra proposer votre bien à une agence ou sur une plateforme (Leboncoin, Paru Vendu, Ouest-France Immo…), puis organiser des visites, rédiger un bail de location, établir des quittances, réaliser des travaux d’entretien si besoin… Vous l’aurez compris, la liste est longue, et parfois décourageante. De nombreux particuliers craignent les impayés, et c’est pour cela qu’il est vivement recommandé de se renseigner sur les garanties et assurances existantes. La gestion d’un bien immobilier reçu en indivision peut se révéler être un vrai casse-tête, et il est parfois préférable de désigner un mandataire.

Revendre un bien immobilier

Le fait d’évoquer la location d’un bien immobilier effraie d’emblée de nombreux particuliers. On trouve en effet de nombreux témoignages sur la toile et dans les médias à ce sujet à en faire froid dans le dos. Mais il faut garder à l’esprit que ces récits ne sont pas représentatifs de la majorité des cas. La location est toutefois plus contraignante que la revente, puisque c’est un travail au quotidien, il est vrai.

Pour pouvoir revendre un bien immobilier, il est impératif que tous les successeurs s’entendent à ce sujet. On parle alors d’une situation « d’indivision ». Il suffit d’un indivisaire qui s’oppose à la vente pour que celle-ci ne puisse avoir lieu. Il vous faudra donc vous armer de patience et d’arguments solides afin d’espérer faire changer d’avis la personne récalcitrante, mais ça n’est pas impossible.

Written by vins