Avez-vous déjà entendu parler de pigmentation correctrice ? Il s’agit d’une solution parfaite proposée à toutes personnes qui souhaitent camoufler leurs cicatrices ou se débarrasser des marques sur leur corps. Cette technique est basée sur le même principe que celui du maquillage permanent qui est de retoucher certaines imperfections sur le visage et sur les autres parties du corps. La pigmentation correctrice commence à être de plus en plus appréciée, car elle constitue une solution efficace pour résoudre certains complexes des femmes.

Qu’est-ce que la pigmentation correctrice ?

De même principe que le tatouage, la pigmentation correctrice permet aussi de retoucher certaines parties du visage et du corps. Cependant si le premier consiste à mettre ou à remettre en valeur ces parties, le second consiste à les camoufler et à les cacher. Comment cela ?

A lire également : Pourquoi offre-t-on des dragées

La pigmentation correctrice est une technique chirurgicale visant à camoufler des cicatrices et/ou des marques non esthétiques comme les vergetures, les brûlures, etc. En se basant sur le maquillage semi-permanent, le dermographe se donne tout pour recréer l’effet trompe-l’œil ou bien pour cacher les traces d’une intervention chirurgicale, d’un accident ou d’une maladie.

Comme en tatouage, le procédé d’une dermopigmentation correctrice se fait à l’aide d’une aiguille. Il ne doit être entrepris que par un professionnel dans ce domaine, plus précisément par un dermographe. Il va utiliser des pigments naturels de multiples couleurs qui vont être insérés dans la couche superficielle de la peau afin de créer des traits naturels ou d’effacer ses imperfections. Son plus grand avantage, c’est qu’il s’adapte à tous les types de peau et est peu douloureux.

A voir aussi : Comment ralentir le rythme après une rude journée de travail ?

Pourquoi masquer les cicatrices et quelles sont les cicatrices traitées par la pigmentation correctrice ?

Quiconque d’entre nous a relativement une cicatrice ou une marque ou bien une balafre. Si pour les uns, c’est futile, pour d’autres ils constituent de véritables freins dans leur vie. En effet, certaines marques et cicatrices ont été issues d’un accident, d’un mauvais moment, d’une maladie, d’une intervention médicale. Bref, la plupart constituent de mauvais souvenirs. Mais il n’y a pas que cela. Il y a aussi le caractère visible et inesthétique de ces derniers qui empêchent vraiment les victimes de s’affirmer personnellement.

D’où une perte d’amour propre, un manque de confiance en soi et une morale en baisse peuvent découler de l’apparition d’une cicatrice ou d’une marque visible. C’est là tout l’intérêt de tester la pigmentation correctrice.

De plus, notez que cette technique permet aussi d’ajuster la teinte et l’intensité à votre carnation originelle pour que personne ne puisse remarquer l’ancienne marque. Il existe plusieurs types de marques et cicatrices traitables avec la pigmentation correctrice dont :

  • Les cicatrices mammaires et les traces d’accident : pour reconstruire l’aréole mammaire ou cacher des cicatrices issues d’un accident ou d’une intervention médicale, la pigmentation correctrice va recolorer avec des pigments naturels les zones à traiter afin de leur redonner un aspect naturel et d’avoir un résultat surprenant ;
  • Les brûlures : que ce soit sur le visage ou sur le corps, les cicatrices peuvent être effacées avec la pigmentation correctrice en repigmentant les zones atteintes. En fonction de la gravité des brûlures, ce type de maquillage peut camoufler une partie ou la totalité. Même les grands brûlés peuvent avoir recours à cette technique ;
  • Les vergetures qui touchent presque toutes les femmes et qui constituent vraiment un réel problème esthétique pour elles. Elles sont issues d’une prise ou de perte de poids ou bien d’une grossesse, et se manifestent souvent sur des parties visibles du corps comme sur les bras, les cuisses, les fesses, le ventre. Vous pouvez très bien les traiter avec la pigmentation correctrice en fonction de leurs tailles et de leurs couleurs.